Envie de le frapper...

Publié le 15 Mai 2015

Ca faisait longtemps que ça n’était pas arrivé !

 

J’ai réussi à me tenir à carreau depuis plusieurs mois… essayant d’éviter toute situation qui pourrait mettre le feu aux poudres.

Hier, nous avions rdv (le 1er) chez la médiatrice à 14h00.

Je note les rdv sur un calendrier, punaisé au tableau d’affichage dans l’entrée.

Quelques jours avant, petit sms de rappel des rdv notés sur ledit tableau + adresse du lieu et station du RER, la veille sms de rappel du rdv médiation. J’ai dû prendre mon après-midi pour ce rdv. Lui ne travaillait pas la veille (il travaille de nuit). En partant du boulot, en moi-même : « je lui envoie un mail de rappel ? »… « non, ça va faire maman poule ! »… j’envoie quand même un sms mais sous une autre forme qu’un « rappel » ! « On se retrouve à la sortie du RER ? je ne sais pas quand je vais arriver… ». Puis ensuite, voyant que je n’arriverai pas à l’heure et que lui y était déjà : «… c’est au tribunal le rdv, tu le vois ? t’as vu où c’est sur le plan ? » … car autant gagner du temps vu que je suis déjà en retard ! Il me répond un truc du genre « c’est pas la peine, je t’attends on regardera ensemble ».

 

Je vous la fais courte : je sors, pas de Mr Champignon « il a dû sortir à l’autre sortie »… sms avec indication du lieu… re sms… j’attends, c’est une petite station donc il devrait déjà être là… je lui laisse le bénéfice du doute… re re sms…. Je poireaute et déjà je commence à bouillonner à l’intérieur…. 14h10, je décide d’y aller pour au moins dire que je suis là… appel : « vas-y rentre, je me suis trompé de station » !! J’arrive bien stressée et énervée. 14h15. Elle ne peut pas me recevoir seule, logique. Il pense arriver dans 15 min… sms « j’espère au moins que tu te rends compte que je vais avoir 3h30 à rattraper au boulot ! Tout ça pour rien !! … quand tu rentres prends l’escalier, 1er étage ».

Assise à attendre, je l’entends qui arrive en bas et qui demande son chemin. No comment.

14h50. Nous rentrons

Tout ça pour vous situer dans quel état j’étais DEJA !!

 

En repartant, dans la station du RER il me dit qu’il veut que les enfants (21 mois) restent avec lui 1 semaine de plus cet été (j’ai prévu de partir 3 semaines, ce que je lui ai toujours dit) dans sa famille à l’étranger (on y a été quand les loustics avaient 10 mois, pendant 2 mois). Il savait très bien que depuis qu’on parle des vacances, quand je lui dis je pars 3 semaines, ça veut dire moi ET les mini Champi ! Je suis d’accord pour qu’ils partent seuls là-bas mais pas avant leur 6 ans au moins !! 21 mois, ça parait logique que je les laisserai pas sans moi (rien à voir avec mère poule etc… il n’a rien d’un père capable de s’occuper de 2 enfants en bas-âge, et hors de question que ma belle-mère les gère seule…). Bref. Quand il me dit ça, je ne l’avais pas vu venir. Mais alors pas du tout. D'où la montée soudaine d'une grosse boule chaude à l'intérieur, le coeur qui bat, les tempes qui tembourinent... Je lui réponds que non, les enfants restent avec moi. Et là s’en suit une engueulade (à peu près discrète vu qu’on était en public). Avec ce genre de sujet, quand il insiste, je n’arrive pas à me calmer, ça me met les nerfs en pelote ! Et là je bouillonne à l’intérieur.

Il me balance un truc brûlant (il le savait que j’allais pas dire en souriant « mais bien sûr mon amour, je vais laisser les enfants avec toi, à l’étranger alor que je suis limite en dépression ») et il me demande de me calmer (car on est en public !). Mieux, il s’énerve parce que je ne lui réponds pas calmement, gentiment. Ce qui me fait bouillonner de plus belle !! On est parti chacun de notre côté puis je suis restée un moment à pleurer dans la gare de ma ville. Sans savoir quoi faire. Je pleurais parce que j’avais cette envie à l’intérieur de moi, cette envie de le frapper… avec tellement de haine envers lui… Heureusement, il n'y a pas eu de 4e fois.

* * * 

Ce n’est pas juste une petite conversation qui a déclenché tout ça. C’est l’accumulation de plein de choses. Remis dans le contexte c’est un événement qui fait que depuis que ça ne va plus entre nous, depuis que j’ai parlé de divorce, depuis que je suis dans une saleté de salle d’attente (psychologique, émotionnelle, vie quotidienne, démarches…), c’est le genre d’événement qui me transforme en bombe à retardement. Encore une fois. La bombe a déjà explosé 3 fois.

Je suis dans un tel état de stress, de fatigue émotionnelle/psychologique… toute cette colère à l’intérieur de moi… je n’arrive pas à me contrôler. Je n’excuse pas mes gestes mais il est incapable de faire quoi que ce soit par lui-même, il faut tout lui dire, lui mâcher le travail, + tous les détails de la vie quotidienne « basiques » qui passeraient sans trop d’encombre dans un couple normal mais qui là sont d’autant de pics qui entament mon stock de patience. Et je suis là, bloquée dans cet appartement avec un adolescent qu’il faut pousser pour qu’il fasse un pas pour faire avancer cette situation qui me bouffe de l’intérieur. Je dois faire avancer la situation avec un boulet attaché au pied !

 

Voilà, je fais partie des femmes qui ont frappé (frappent ??) leur mari.

 

(Ce n'est pas un post facile à écrire car ce que je dis fait partie d'une plus grande histoire, impossible à raconter depuis le début... si j'étais une personne extérieure à tout ça, je compatirais pour lui, je compatirais pour elle ... et surtout pour les mini Champi !  Mais je suis en plein dedans et je ne peux pas gérer en même temps mes problèmes, notre problème et en même temps faire la maman qui lui donne la main pour l'accompagner dans ce tourbillon que j'ai (?) déclenché... Je suis prise entre ma culpabilité d'avoir déclenché tout ça et ce qui est en train de devenir de la haine contre lui, alors qu'au début il n'y en avait pas. D'après la psy c'est cette "place" au milieu de ces 2 sentiments qui fait que je ressens tant de violence, qui explose parfois. Je ne vais pas bien et ses comportements sont comme une provocation).

Rédigé par Mme Champignon

Publié dans #Moi Myself & Me

Repost 0
Commenter cet article

Mme Champignon 17/05/2015 21:52

Bonjour Jim,

Tout d'abord merci infiniment de m'avoir lue puis mis un commentaire. Tu veux dire tête en l'air ou spontané (il a pas réfléchit avant de me lancer le sujet juste au moment ou j'étais déjà bouillonnante ?). Quoiqu'il en soit, il est comme ça mais dans la situation qu'on vit (et surtout dans l'état psychologique où je suis), ce genre d'événement ne fait qu'envenimer les choses, me rend plus impatiente,... dès le début je vois bien que ça va crescendo et j'ai peur de comment ça pourrait terminer. Je n'ai pas les capacités psychologiques en ce moment pour me focaliser sur ce qu'il a de bon, ses qualités, ses circonstances atténuantes (la sale situation dans laquelle il est par ma faute) pour me détourner de mes pensées "haineuses" contre lui. Ce soir ça a encore monté un degré, à bout j'ai crié que j'allais le tuer s'il revenait à l'appart. .. Lundi j'en saurai plus quand je pourrais voir un psychiatre qu'il me donne au moins qqch pour me calmer un peu.... mais la seule chose qui pourrait vraiment m'aider à aller mieux c'est qu'on habite plus ensemble et il ne fait rien pour ça. Pire, il fait comme tout était normal, après lui avoir crié dessus et dit d'autres horreurs, il m'a répondu. Après il a été se préparer pour aller bosser et en sortant a dit comme si de rien était "j'ai lavé la baignoire" (sous en tendu "tu vois je t'aide avec les enfants").
Bref, y a tellement de détails que je peux pas tout raconter. Le seul truc à retenir c'est qu'en soit il ne fait rien de grave (ne rien faire à la maison), je suis en détresse psychologique actuellement, et donc il est mon problème, il me fait aller de plus en plus mal, et c'est les enfants qui trinquent. Il est tellement immature qu'il ne pense pas en père. Si je pouvais partir avec les enfants (puisqu'il ne veut pas quitter l'appart), je le ferais !!
Merci encore. J'espère sincèrement que tout va bien pour ton couple :)

Jim 16/05/2015 09:13

Bonjour,
C'est très courageux d'avoir écrit ces lignes, et loin de moi l'idée de te juger. Mais, une piste serait peut être de te dire que cette façon d'être est SON fonctionnement, que tu ne peux rien y changer puisque c'est ce qu'il est, et SURTOUT, qu'il ne le fait pas pour te provoquer ou quoi que ce soit, juste parce que c'est comme ça qu'il est.
Je veux dire, si tu arrives à te mettre à sa place, non pas pour excuser ou trouver des circonstances atténuantes, mais juste pour voir les choses sous un angle différent, cela te permettrait peut être de calmer ta colère?
Ça n'a peut être aucun sens ce que je t'écris, mais ça a sauvé en quelques sortes mon couple il y a quelques années. Je sais que ce n'est pas ton but, mais cela peut peut être t'apaiser.

Bon courage en tous cas.

Jim